Connect with us

TOUT

Knock at the Cabin’ Critique du film : Une réalisation magistrale, mais inoubliable

Dans le dernier film de M. Night Shyamalan, une famille est retenue en captivité et on lui dit que le destin du monde exige qu’elle sacrifie l’un des siens. La mise en scène est brillante et le scénario est évident – mais qu’y a-t-il de nouveau ?

Published

on

M. Le dernier film de M. Night Shyamalan, Knock at the Cabin, un thriller sur les cambriolages, ne changera probablement pas l’opinion que l’on a du cinéaste. Il s’agit bel et bien d’un film de Shyamalan. En ce qui me concerne, il renforce un sentiment qui me trotte dans la tête depuis des années : M. Night Shyamalan est mon réalisateur préféré dont j’adore à moitié les films. Il est comme un chef d’orchestre incroyable qui dirige un orchestre dans une symphonie oubliable. J’aime le regarder travailler, même si l’œuvre elle-même ne laisse pas une impression durable.

Accueilli au début des années 80 comme le prochain Spielberg, Hitchcock et/ou Serling pour ses thrillers pop à la mise en scène serrée et au concept élevé, Shyamalan s’est finalement transformé en punchline de fin de soirée avec une série de désastres coûteux. Après une décennie dans la nasse, il a jeté son chapeau par-dessus le mur et a utilisé l’argent que son succès du début de carrière lui avait rapporté pour alimenter sa renaissance en tant qu’auteur de films d’horreur à petit budget, dans le style de Blumhouse. À partir de son premier film autofinancé, The Visit (2015), il a retrouvé sa balle rapide – du moins, en tant que réalisateur. Il a un œil brillant derrière la caméra. Mais les histoires bizarres aux thèmes répétitifs et aux rebondissements risibles demeurent.

Knock at the Cabin est une adaptation du roman de Paul G. Tremblay, La Cabane du bout du monde, mais sa prémisse est digne de Shyamalan : Une famille en vacances est retenue captive par un quatuor d’inconnus qui lui annoncent que la fin du monde est imminente et que la seule façon de l’empêcher est de sacrifier volontairement l’un des leurs. Se déroulant principalement dans un seul lieu avec sept personnages, Knock at the Cabin présente quelques images choquantes et des éclaboussures de sang, mais il s’agit surtout d’un thriller psychologique et d’une expérience de pensée. Il a la qualité d’un livre de contes ou de la Quatrième Dimension que les films de Shyamalan ont souvent, où des personnages aux objectifs simples font face à un problème qui les dépasse. Comme la plage qui vous fait vieillir, le dilemme dans Cabin a beaucoup de règles très spécifiques qui orientent commodément le récit dans la direction qu’il doit prendre. Et, comme Signes (ou la plupart de ses films, en fait), Knock at the Cabin parle de la famille et d’une crise de foi, à la fois dans l’humanité et dans une puissance supérieure.

La palme revient à Dave Bautista, qui, des trois anciens champions du monde de la WWE jouant actuellement dans des films à gros budget, est celui qui sait vraiment jouer la comédie. L’un des points forts de Knock at the Cabin est de voir Big Dave gérer habilement un rôle qui semble avoir été écrit pour John Goodman, celui de l’antagoniste Leonard, un géant doux. C’est un homme grand, calme et d’humeur égale qui pourrait vous démolir sans transpirer. Il souhaite ardemment ne pas vous faire de mal, mais Dieu ne lui a pas laissé le choix. Leonard et ses acolytes sont poussés par des visions qu’ils ne peuvent expliquer (ou qui le sont ?) à prendre en otage trois personnes innocentes dans les bois, et leurs constantes excuses et équivoques ne font que les rendre plus effrayants.

Les véritables protagonistes du film sont Eric (Jonathan Groff, Hamilton) et Andrew (Ben Aldridge, Spoiler Alert), l’heureux couple qui passe la moitié du film attaché à des chaises. Andrew a une dent contre lui bien méritée, issue d’une vie de marginalisation et d’abus en raison de sa sexualité, et il protège férocement l’oasis d’amour et de sécurité qu’il a construite avec Eric et leur fille Wen (la nouvelle venue Kristen Cui). Il a une conscience aiguë du désordre et de la cruauté de notre monde, à tel point qu’il est capable d’écarter les signes possibles de l’apocalypse comme des traumatismes quotidiens de la vie au XXIe siècle. Tout ce qui est bon est ici, avec lui, maintenant. Y a-t-il quelque chose à l’extérieur de ces murs qui mérite d’être sauvé ? Andrew fournit la majeure partie de la texture du film, les autres personnages, en particulier son saint partenaire Eric, étant simplement fonctionnels.

La véritable star du spectacle, cependant, est M. Night Shyamalan, dont le travail de caméra reste une merveille. La majeure partie de Knock at the Cabin se déroule dans une seule pièce avec ses protagonistes coincés dans une position stationnaire, et pourtant Shyamalan trouve sans cesse de nouvelles façons de cadrer l’espace, les personnages et leurs relations les uns avec les autres. Il coupe la pièce en deux, isole les personnages, les oppose, modifie l’équilibre des forces à chaque fois qu’il les pousse ou les fait bouger. La subtilité n’est pas son truc, mais là où son écriture lourde peut rapidement devenir épuisante, ses choix de composition très littéraux sont en plein dans le mille. Shyamalan est le genre de réalisateur capable de faire prendre conscience de la caméra même au spectateur le plus occasionnel. (C’est l’une des raisons pour lesquelles David Sims et Griffin Newman du podcast Blank Check le qualifient de “starter kit director”). Ce n’est peut-être pas toujours positif, mais la moitié du plaisir de regarder Knock at the Cabin ou n’importe quel film de M. Night est le sentiment de voir un artiste faire des choix très bruyants. J’en viens presque à ne plus me soucier du fait que le scénario est suintant ou évident, ou que les personnages semblent secondaires par rapport à la grande idée du film.

Et donc, je sors de Knock at the Cabin avec le même mélange d’opinions que lorsque j’ai vu Old in 2021 : M. Night Shyamalan est probablement un génie, et j’aime surtout son nouveau film. Ce n’est peut-être pas la conclusion la plus utile pour un lecteur qui décide de dépenser ou non son argent durement gagné au cinéma ce week-end, mais c’est une conclusion honnête. Shyamalan a longtemps provoqué des réactions hyperboliques de la part des critiques et du public, mais après 15 films dans sa carrière, je pense que la plupart d’entre nous savent où nous en sommes.

Entreprise2 semaines ago

Un juge a annulé la rémunération de 56 milliards de dollars versée par Elon Musk à Tesla. Que se passe-t-il maintenant ?

Entreprise3 semaines ago

Craig Newmark fait un don de 10 millions de dollars pour aider l’école de journalisme de la CUNY à devenir gratuite

Entreprise4 semaines ago

Qui sont les milliardaires à l’origine de la donation historique de 100 millions de dollars au Spelman College ?

Entreprise1 mois ago

Elon Musk demande à doubler sa participation dans Tesla, alors que le fabricant de véhicules électriques se lance dans l’intelligence artificielle

TOUT1 mois ago

L’homme le plus riche du Vietnam introduit aux États-Unis une petite voiture électrique de 20 000 dollars

Divertissement2 mois ago

Revue de la ‘Société des Neiges’ : Un nouveau regard terrifiant sur une histoire de survie familière

Entreprise2 mois ago

James Patterson offre 300 000 dollars de primes de fin d’année aux libraires indépendants

Entreprise2 mois ago

Le milliardaire de la technologie Michael Dell prévoit de céder jusqu’à 1,7 milliard de dollars d’actions Dell

Entreprise3 mois ago

Tim Cook, PDG d’Apple, partage un plan de succession “détaillé” dans une rare interview

Entreprise3 mois ago

Warren Buffett, fondateur de Berkshire Hathaway, révèle les détails de son testament dans une rare lettre aux actionnaires

TOUT3 mois ago

3 livres recommandés par Bill Gates pour les fêtes de fin d’année, plus de la musique et une émission de Netflix

Entreprise3 mois ago

Satya Nadella, PDG de Microsoft, dévoile la première puce d’intelligence artificielle de l’entreprise

Entreprise3 mois ago

Ken Griffin, PDG de Citadel, fait un don de 30 millions de dollars au musée de la médaille d’honneur du Texas

Entreprise4 mois ago

Elon Musk envisage que X remplace YouTube, LinkedIn et Tinder : Réunion ayant fait l’objet d’une fuite

Entreprise4 mois ago

La Fondation Gates finance le développement d’une nouvelle plateforme d’IA pour la R&D en Afrique

Jo Lindner / Jo Esthetics
Divertissement8 mois ago

Le bodybuilder Jo Lindner ( Joesthetics ) meurt à l’âge de 30 ans et son partenaire de gym lui rend hommage

Entreprise11 mois ago

Le métavers proposé par Mark Zuckerberg n’est pas celui que veulent les consommateurs

Entreprise1 an ago

La collection d’art de Paul Allen, cofondateur de Microsoft, se vend pour 1,5 milliard de dollars, battant ainsi des records de vente aux enchères

Monde1 an ago

“BOLLORÉ APPAUVRIT LA FRANCE ET L’AFRIQUE” : LOUIS BOYARD A DIT LES TERMES !

Divertissement1 an ago

Ce qu’il faut regarder en streaming cette semaine : 4-10 novembre

Technologie1 an ago

Comment Reddit est devenu l’une des plus grandes places de marché NFT du monde en seulement quatre mois

Monde1 an ago

Election au Brésil : Lula élu président face à Bolsonaro

Divertissement1 an ago

Les avertissements de catastrophe naturelle s’améliorent grâce à l’IA et à la technologie GPS | Podcast d’information sur les nouvelles techniques | WSJ

Monde1 an ago

Michigan : terrain d’essai pour l’avenir de l’avortement aux États-Unis

Monde1 an ago

Le Brésil élit Lula, un ancien dirigeant de gauche, dans une réprimande de Bolsonaro

Entreprise1 an ago

Elon Musk dit qu’il travaille désormais 120 heures par semaine

Technologie1 an ago

La plus grande exposition de robots du Japon | Implanter des puces dans le cerveau | Nouvelles de haute technologie.

Sports1 an ago

Les muscles ont-ils vraiment le pouvoir de la mémoire ?

Monde1 an ago

Le monde secret des influenceurs

Monde1 an ago

« Qu’il(s) retourne(nt) en Afrique ! » : suspension de séance à l’Assemblée

Trending